Quand c’était la guerre et que je ne comprenais pas le monde

Joke Van Leeuwen

Toda vit avec son papa, un pâtissier. Un jour, son papa doit partir défendre le pays car les gens se battent les uns contre les autres. Mamy vient s’occuper de Toda en attendant que son papa revienne. Mais, finalement, le pays tout entier devient trop dangereux et la petite fille est envoyée à l’étranger, chez sa maman qu’elle ne connaît pas. La fillette entame un voyage rempli d’aventures et de rebondissements, pour arriver « là-bas » : là où il n’y a pas la guerre.

Collections : , Thèmes : , ,

Résumé du livre

Joke Van Leeuwen, traduction : Emmanuèle Sandron


Toda vit avec son papa, un pâtissier qui cuit tous les jours vingt sortes de gâteaux et trois sortes de tartes. Malheureusement, un jour, son papa doit partir défendre le pays car, dans certaines régions, les gens se battent les uns contre les autres. Toda apprend dans le manuel « Ce que tout bon soldat doit savoir » que son papa va devoir se déguiser en buisson afin de ne pas être repéré par les ennemis. Mamy vient s’occuper de Toda en attendant que son papa revienne. Mais, finalement, le pays tout entier devient trop dangereux et la petite fille est envoyée à l’étranger, chez sa maman qu’elle ne connaît pas. La fillette entame un voyage rempli d’aventures et de rebondissements, pour arriver « là-bas » : là où il n’y a pas la guerre.
Voici le lecteur embarqué dans le récit à la première personne de l’expérience de n’importe quel fugitif de guerre enfant.

Fiche technique

Auteur(s)

Joke Van Leeuwen, traduit par Emanuèle Sandron

Code ISBN

978-2-87426-288-3

Collection

Deuzio

Format

14 x 21 cm, 112 pages

Prix

12€

[…]Récit à la première personne d’une fugitive de guerre qui est une enfant. Le monde des adultes et l’absurdité de la guerre sont vus par l’esprit naïf d’une petite fille. Aucune indication de temps et de lieu. On ignore de quelle guerre il s’agit, de quel pays il est question. Cela rend ce roman d’autant plus fort qu’il nous fait ressentir l’émotion, la peur et l’incompréhension de la fillette raconte son vécu avec son regard. Sujet grave mais abordé avec la logique de Toda, une enfant, qui parsème son récit d’humour, de jeux de mots, de quiproquos et qui fait sourire et touche vraiment le lecteur. Ce roman propose une réflexion sur l’identité avec interrogation sur la langue (imaginée et pourtant si réelle), sur la frontière et sur la guerre. “Chef d’oeuvre d’authenticité, d’inventivité et d’humour” annonce l’éditeur sur le rabat et il a raison. Cet ouvrage se lit d’une traite et fera vraiment réfléchir ; intemporel mais d’actualité. Rabat qui annonce aussi qu’il a fait l’objet d’une adaptation pour le théâtre qui a eu un grand retentissement en Flandre. (I.D.)” (Libbylit N°126 Septembre-octobre-novembre 2016)

Quand c’était la guerre et que je ne comprenais pas le monde : un roman coup de cœur ! (J’enseigne avec la littérature jeunesse)