Le garçon qui parlait avec les mains

Sandrine Beau et Gwénaëlle Doumont

Un nouvel élève est arrivé dans la classe de Victoria ce matin. Surprise : il est espagnol ! Autre surprise : il ne parle pas car il est sourd. Enfin si, il parle, mais la langue des signes. Il s’appelle Manolo et a de très beaux yeux. Victoria n’a qu’une envie : faire sa connaissance.

Feuilleter Le garçon qui parlait avec les mains :
Collections : , Thèmes : , ,

Résumé du livre

Sandrine Beau et Gwénaëlle Doumont


Un nouvel élève arrive dans la classe de Victoria. Surprise : il est espagnol ! Autre surprise : il ne parle pas car il est sourd. Enfin si, il parle, mais le langage des signes. Il s’appelle Manolo et a de très beaux yeux.
Les deux enfants deviennent immédiatement complice et communiquent par un mélange de signes, de mots articulés et de gestes. Après quelques semaines, un parent d’élève de la classe annonce à la maman de Victoria qu’une pétition est en train d’être signée pour que Manolo soit envoyé dans un centre spécialisé. Selon lui, il est indispensable que les enfants bénéficient d’une éducation correcte et ne soient pas ralentis par la présence du petit handicapé…

Sélectionné pour le prix des Incorruptibles 2017-2018.

Prix Valdegour Pissevin de Nîmes 2017

Lauréat du Prix de la ville du Touquet Paris-Plage 2016.

Lauréat du 29ème Prix des Incorruptibles CE2/CM1(2017-2018).

C’est un joli roman que signe ici Sandrine Beau. L’auteure réussit en effet à transmettre à son jeune lectorat, de manière faussement légère, un message pourtant fort, celui de l’acceptation de la différence ! Les illustrations de Gwenaëlle Doumont apportent fraîcheur et humour à ce texte qui provoquera réflexion et sera source de débats entre adultes et enfants. (Hélène Dargagnon, Ricochet)

Une très belle histoire avec de belles illustrations pour faire accepter la différence aux enfants. (site de l’UNAPEDA : l’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients Auditifs – novembre 2015)

[Un] ouvrage plein de poésie, où les messages de tolérance sont subtilement distillés au fil du récit. (La Presse Bisontine n°173 – février 2016)

Sandrine Beau nous livre ici un texte sensible sur la surdité, ses conséquences sociales et la dureté du monde à l’encontre de la différence. (VivreLivre – février 2016)

Tout le problème de l’intégration des handicapés quels qu’ils soient […] est abordé dans ce roman. A partir de 9 ans. (R.S.)” (Libbylit N°123 Janvier-Février 2016)

« Un beau texte qui parle à la fois de la multi-culturalité et de handicap. Une pétition pour sauvegarder le niveau de l’enseignement, ça pourrait être caricatural, mais ça ne l’est malheureusement pas. Et, dans ce récit – et c’est souvent le cas dans la vie aussi – c’est les enfants qui feront preuve le plus rapidement de tolérance et d’ouverture d’esprit. » (Leslibraires.fr)

Un sujet délicat abordé avec tact. (Sélection jeunesse de la Médiathèque du Nord – janvier 2016)

Fiche technique

Auteur(s)

Sandrine Beau et Gwénaëlle Doumont

Code ISBN

978-2-87426-266-1

Collection

Albums

Format

14×21 cm, 96 pages

Prix

11,50€

Du même auteur/illustrateur